EVENEMENTS  2022

L'association fête ses dix ans !!

 

À cette occasion, au travers de notre programmation et des artistes accueilli.es en résidences, nous avons souhaité mettre l’accent sur le féminin :

 

les projets menés par des femmes (metteuses en scène, autrices, réalisatrices), les œuvres qui valorisent des figures féminines et les créations qui mettent en avant des valeurs de parité.

Pour que la Culture s'accorde au féminin !!

SAM 19 FÉVRIER - 19H 

FEMME S'ACCORDE AU MASCULIN

Conférence gesticulée


Pourquoi le masculin l’emporte sur le féminin ? Pourquoi il n’y a pas de femmes dans les livres d’histoire ? Pourquoi peintresse n’apparaît plus dans le dictionnaire ? Pourquoi j’ai plus de risque qu’un homme de mourir en cas d’accident de voiture ? Et comment trouver ma place dans un monde fait par et pour les hommes ?

Cette conférence gesticulée tentera de vous expliquer pourquoi il est indispensable de prendre davantage en considération cette deuxième moitié de l’humanité et vous apportera des clés concrètes pour pouvoir transformer les rapports sociaux et contribuer à rendre la société plus égalitaire.
Un spectacle à la fois drôle, percutant et éducatif.

A partir de 14 ans - 1h15. Prix libre - buvette

DSC06233.JPG

SAM 7 MAI - 20h30

Femme non rééducable; Mémorandum théâtral sur Anna Politkovskaïa

Théâtre par la Compagnie L'île Lauma (Brest)

Anna Politkovskaïa meurt sous les balles le 7 octobre 2006.

Cette journaliste d’investigation, militante des droits de l’homme, dérange, parle

trop et dénonce les atrocités de la guerre en Tchétchénie.

Le spectateur est immergé dans le quotidien d’Anna Politkovskaïa.

L’écriture précise de Stefano Massini, factuelle, parfois difficile par les propos de

guerre, est aussi un cri de dénonciation.

Un texte admirable, puissant, d’une poésie ultime, porté par deux comédiens qui

se mettent à nu.

Texte de Stefano Massini, mis en scène par Laurent Mascles.

Avec Marie de Oliveira et Laurent Mascles, musique originale de Gilles Monfort.

DIM 19 JUIN - 17h

Bakou et les adultes ou Tout ça… pour un sandwich !

de Jean-Gabriel Nordmann

Cie Garance et Atelier Théâtre Jeunes de Ti an Holl – OCM Plestin les Grèves

Mise en scène de Patrick Palmero – Théâtre du Totem assisté de Yaëlle Ruvoën

Bakou se pose des questions.

Pourquoi sa mère pleure quand il demande ce qu’est l’amour fou ? Pourquoi son

parrain l’emmène au musée et ne s’intéresse pas aux œuvres qu’il voit ?

Pourquoi il faudrait faire des études si les études ne servent à rien pour devenir

intelligent ? À quoi ça sert de faire une guerre où il n’y a pas de vainqueur ?

Pourquoi les adultes ont oublié qu’ils ont été des enfants ?

Les adultes ont beaucoup de mal à lui répondre…

DSC06332.JPG
bakou salut.JPG

DIM 10 JUILLET - 16h

Balade contée par Céline Gumuchian de la Cie Esperluette

à la découverte des sentiers forestiers et du patrimoine autour de la ferme de Trézenvy

C'est vent de liberté, contre vents et marées.
Un pied de nez à nos peurs, nos cages, nos enfermements.
"le conte a l'Air Libre" est né d'une urgence.
Celle d'entendre et ré-entendre des contes traditionnels gardés au chaud.
Une ode à la nature, aux arbres, à la pierre, à la mer, à ce qui nous rend vivant.
Elle mêle poésie, humour, rêve et espièglerie.
Entrelacs de contes, de chants, de poèmes (Anjela Duval...).
Le tout a l'Air Libre.

Prix libre, réservation obligatoire ici - à partir de 8 ans.

VEN 15 JUILLET - 19h

Stabat Mater furiosa par la Cie Dès Lors // spectacle puis temps d'échange

sous la yourte

poème dramatique de Jean-Pierre Siméon, interprété et mis en scène par Sophie Hoarau

 

Une femme prend la parole, n'importe quelle femme, toutes les femmes en elle, face à l'homme de guerre - et en lui tous les êtres de la guerre tapis en nous -, face à son langage de fausse raison. Elle nomme une à une les horreurs de la violence guerrière, pour mieux leur opposer les arguments de la vie, les nécessités vraies et les beautés vitales. Elle n'est armée que de mots, ses armes inverses, que de sa voix, aussi fragile que puissante, que de son implacable obstination poétique.

Dans une forme épurée, concentrée sur la substance armée de la langue, une prière profane élevée à pleine voix - "si proche du silence et qui n'a que l'obstination fragile du coquelicot" pourtant - contre le verbe obscène de la violence guerrière ;
« pour te mettre à la question il ne me faut que la tenaille des mots durcie au feu continu du chagrin ».

C'est une simple figure de femme, debout, qui entre, parle et dépose, comme autant de pièces au dossier, paysages et champs de bataille, arbres puis armes, souvenirs et malédictions, rumeurs et fureurs, à mesure que la parole se déplie.

« j'aime que la pierre roule dans la rivière et que cela fasse un bruit de clarinette et l'on tue ici »

Prenant pour témoins figures, cibles, motifs - le passant, l'homme de guerre, l'enfant, la branche, le matin, l'inutile - avec pour arguments dans cet affrontement au soi-disant inévitable des effets et des causes « la nécessité simple de vivre ».

VEN 22 JUILLET - 19h

Lisette - Compagnie Unions libres

Théâtre et Chansons pour une comédienne, un musicien, un orgue de bambou, six bottes de paille et un violon.

Lisette est l’adaptation du texte intégral de La faneuse dans son pré, une nouvelle de Charles-Ferdinand Ramuz. Des chansons de Gaston Couté, son contemporain, se nichent dans les

respirations laissées par l’auteur dans son texte. Un orgue en bambou et un violon portent la voix

du chanteur dans une orchestration originale. La protagoniste et son coryphée composent une ode

où la déesse est une femme au labeur héroïque qui rêve de liberté. Cette femme retourne le foin. Allongée sur la paille, elle fait craquer les épis de blé et la musique, issue du creux des bambous

de l’orgue, reçoit et amplifie ses secrets et ses désirs. Face à une situation sociale figée, au mal de

l’outil sur son corps, elle cherche le plaisir dans le mouvement, dans les détails du paysage devant

elle.
 Lisette devient le symbole de ces femmes de l’ombre qui travaillent sans qu’on leur rende les honneurs.

Le spectacle sera précédé de deux stages : atelier chorégraphique le jeudi et initiation à l'orgue en bambous le vendredi. Pour en savoir plus.

SAM 6 AOÛT - 17h

Hier j'étais petit

Spectacle familial, humour et amour dans un duo de nez rouges.

Sortie de résidence, prix libre.

 

Tom, grâce à la rencontre avec Mago une manageuse qui le repère, accepte d’aller parcourir le monde pour trouver le moyen de convaincre tous ceux qui voudront l’écouter, que la différence physique ne devrait pas être un obstacle à l’acceptation, au vivre ensemble, à l’harmonie.

SAM 20 AOÛT - 19h

Trézenvy de fêter ça ! Les 10 ans de l'asso

Depuis 10 ans, l'asso Le LIEUa développé sur la Ferme de Trézenvy et ailleurs un projet culturel et artistique : chantiers participatifs, résidences d'artistes, spectacles, cours, stages, etc.

 

Durant ces dix ans, les bénévoles ont construit une grande scène, une belle yourte spectacle, un espace de réunion, cuisine, sanitaire, dortoir, une buvette, une phytoépuration, etc. et tout cela uniquement sous forme de chantiers participatifs, avec des matériaux écologiques. 

 

En 10 ans, pas moins de 4127 spectateurs, 515 artistes, 325 adhérents, 501 bénévoles, 970 stagiaires ou élèves, 103 intervenants nous ont rendu visite.

 

Les membres actifs de l'association ont souhaité marquer ces dix ans et vous invitent à un événement public qui se tiendra le samedi 20 août à partir de 19 h.

 

Pour cette soirée, nous avons demandé aux artistes venus depuis ces dix ans, de se partager la scène. Il y aura de la musique, de la danse, du clown et du théâtre.

Eric Sono assurera la technique.

 

Cuis'éthique viendra régaler les papilles avec son Breizh burger bio (pain au sarrasin garni d'un steak haché de porc de la ferme du Troglo à Plouézoc'h garni d'une compotée d'oignons de Roscoff et d'une crème aromatisée à la bière de Tizbé, accompagné d'une salade / Garniture de falafels pour les végétariens.)

La buvette bio sera tenue par nos bénévoles.

Entrée à prix libre.

SAM 27 AOÛT - 18h et 20h30

Lucie Thierry // Projection de deux documentaires avec temps de débat, en présence de la réalisatrice et d’un protagoniste du film

Prix libre. Auberge espagnole - buvette.

Tout d’abord L’Arbre aux Mille feux, documentaire de 2022 sur une école indépendante.

Ensuite un temps d’échange se fera entre le public, la réalisatrice et le professeur de l’école filmé dans le documentaire.

La seconde partie de la soirée se fera avec la projection du film Poussière de femmes, documentaire de 2007 en version originale sous titrée.

 

18h - L’Arbre aux mille feux :

A Marseille pousse une école faite de bric et de broc appelée Bricabracs. Ici pas de classe par niveau, pas de notes, ni d’évaluation ou de compétition mais une classe unique de 20 enfants de 4 à 11 ans. C'est à leur hauteur qu'on les découvre en situation d’apprentissage. Ils dessinent, jouent, prennent la parole en groupe, s’occupent de tâches ménagères, essaient de régler leurs inévitables conflits...

Comment ce petit collectif tient-il ? Un instituteur autant pédagogue qu’éducateur, des parents qui se questionnent et envisagent d'autres façons de penser l'école. Progressivement prend forme sous nos yeux un collectif vivant, imparfait, vulnérable qui nous interroge sur notre propre citoyenneté.

 

20h30 - Poussière de Femmes

Diffusé sur TV5 Afrique et ARTE, sélectionné dans de nombreux festivals (FESPACO à Ouagadougou, Vues d'Afrique à Montréal, Les états généraux du documentaire à Lussas). Prix du meilleur documentaire catégorie « Femmes » au festival « contra el silencio », Mexico, Avril 2008. Prix du meilleur documentaire à la semaine méditerranéenne de Lunel.

Ouagadougou, capitale du Burkina Faso « pays des hommes intègres ». L’obscurité a envahit la ville depuis plusieurs heures. Ramata, Mariam et Eugénie, engagée par la mairie sous la tutelle de l’association « Brigade Verte », sont penchées sur la route évitant tant bien que mal cyclistes et automobilistes, balayant inlassablement la poussière qui à coup sûr reviendra.

Par les témoignages de leur vie professionnelle et familiale, ces 3 femmes révèlent leur combat pour faire partir, d’une même énergie, la poussière de la ville et la pauvreté de leur maison. A travers leur vécu, leur âge, leur point de vue, elles prennent position dans une société urbaine en perpétuel changement.

Un documentaire pour nous éclairer sur le rôle et la place des femmes africaines aujourd’hui, majoritairement analphabètes, et pourtant piliers de l’économie dans de nombreux pays de ce continent.

SAM 3 SEPTEMBRE - 18h30

Eurydice de Anouilh par la Compagnie Les P'tites Grenouilles

Sortie de résidence, prix libre

En revisitant l’Eurydice de Jean Anouilh et en mêlant théâtre d’objets et d’ombres aux comédiens sur scène, la compagnie présente une œuvre résolument féministe et une vision nouvelle du premier amour adolescent.

Rien d'autre que l'autre ne compte, quand on est amoureux. Seuls Eurydice et Orphée sont donc incarnés par des comédiens de chair et d'os. Les autres personnages, aussi nombreux soient-ils, ne sont que de simples figurants dans le monde des deux amants et ne prennent donc la parole que sous forme d'objets, de marionnettes, d’ombres.
 Car dans la bulle d'Orphée et Eurydice, le rêve se mêle à la réalité jusqu'à les faire basculer dans le cauchemar. Mais de l'amour absolu à la névrose, il semble n'y avoir qu'un pas.

tete eau napa.jpg
sophie hoarau.png
943A6042.JPG
nez qui gratte.JPG
Groupeclasse-min.png
PE balai brosse.jpg